Le président français veut lutter contre les "Fake news" — Emmanuel Macron

Evarado Alatorre
Enero 13, 2018

Emmanuel Macron contre-attaque face aux " fake news ". Ainsi, "en cas de propagation d'une fausse nouvelle", a-t-il déclaré, "il sera possible de saisir le juge à travers une nouvelle action en référé permettant le cas échéant de supprimer le contenu mis en cause, de déréférencer le site, de fermer le compte utilisateur concerné, voire de bloquer l'accès au site Internet".

Macron a également annoncé que les pouvoirs de l'autorité de régulation de l'audiovisuel allaient être "accrus pour lutter contre toute tentative de déstabilisation par des services de télévision contrôlés ou influencés par des Etats étrangers".

Le chef de l'Etat a par ailleurs appelé "à responsabiliser les plateformes et les diffuseurs sur internet", tout en demandant à la profession journalistique d'entamer "une réflexion" déontologique.

Pourquoi limiter le délit aux périodes électorales?

More news: Eric Greitens: Facts About Married Missouri Governor Accused Of Blackmailing Lover

Cette consultation devrait permettre d'élaborer une "stratégie de l'UE", alors que les fake news s'invitent déjà dans la campagne pour les élections législatives italiennes, au printemps prochain. Cette propagande 2.0, qui joue en grande partie sur la propension des internautes (et des journalistes) à ne pas toujours vérifier l'exactitude des sources des informations qu'ils partagent sur les réseaux sociaux, permet d'avoir à peu de frais un fort impact sur l'image de certaines personnalités publiques, et en particulier des politiciens. Dans ce but, en octobre dernier, l'entreprise a même annoncé plus de transparence dans les publicités diffusées sur la plateforme. Alors, ça c'était pas une Fake News? Notamment avec une question choc: "Qui va décider si une information est fausse?" Une mission pour installer ce poste a déjà été mise en place. Or, cette loi prévoit le cas de la diffusion de fausses nouvelles.

Alors que François Hollande avait transformé l'exercice en conférence de presse visant à lancer l'année politique, le chef de l'Etat a volontairement dédié son intervention aux seuls médias.

Emmanuel Macron souhaite donc agir. Dans un premier temps, il faudrait être à même de laisser la possibilité de corriger efficacement les contenus mensongers sans tomber dans la censure d'une satire. Le travail de vérification doit donc se faire avant, pendant et après. Maintenant, comment on fait? Serge Halimi, sur le site Acrimed a recensé toutes ces fausses nouvelles (7). Et ce serait absurde. Ou, plus récemment Marine Le Pen s'était fait avoir quant à la rumeur des comptes offshore supposés de Emmanuel Macron aux Bahamas.

L'année dernière, une étude menée par deux économistes américains sur l'élection de 2016 [et relayée par le New York Times] montrait qu'une infime partie des Américains se souvenaient d'avoir été mis en contact avec la "fake news" selon laquelle le pape soutenait Donald Trump. Là, ça se complique. Ce qui est défini, c'est l'intention de propager une fausse information. Dans l'entourage d'Emmanuel Macron, on ménage le suspense: aucune information n'a fuité en amont de la cérémonie. Mais, concrètement, l'Etat est-il à même de vérifier et de se faire le "justicier" des plaignants d'informations erronées? "Vous allez substituer une vérité officielle par une autre, c'est très compliqué". La mauvaise foi de celui qui est à l'origine ou diffuse les fausses nouvelles ou les fake news reste un critère essentiel au déclenchement des poursuites. Depuis l'Elysée, Emmanuel Macron renouait mercredi avec la tradition des vœux à la presse.

Otros informes por

Discuta este artículo

SIGUE NUESTRO PERIÓDICO